13/04/2018

Rencontre du troisième type

Et voilà. 9 mois et deux jours se sont écoulés avant qu'on daigne nous sauver. Elle et moi.

Le 30/03/2018. 

C'était la date qu'on nous avait donné pour procéder à l'évacuation de la demoiselle in utero qui ne voulait pas descendre du tout et qui en plus, avait décidé de bouffer tout son liquide. Elle avait déjà tout compris à la vie. La bouffe et la flemme.

Déjà qu'elle m'avait gracieusement offert deux jours de RAB, fallait en plus qu'elle se fasse remarquer.

Rendez-vous à 07 heures à la clinique en toute détente  avec nos 12 valises. Avec même une certaine hâte. Suite à la pose loupée d'un cathéter dans le bras et d'un bleu, on m'en pose un second à la pliure du bras. Chose terrible pour moi. LA plus terrible que j'ai vécu de toute cette journée. Saches le.

Inutile de te dire que l'Amoureux et moi, on n'avait pas beaucoup dormi la veille. Du coup, à chaque monitoring, on se faisait une micro sieste. Parce qu'on était crevé et parce que surtout, les monitorings , c'est chiant. Surtout pendant 12 heures.

Vu que chez moi, le travail naturel n'a jamais commencé, on a voulu me le forcer un peu à l'aide d'un espèce de ruban hormonal. Je t'épargne l'endroit du placement du dit ruban. Seul truc à dire, c'est que c'est pas un ruban en satin mais plutôt en velcro. A laisser mijoter pendant 12 heures pour voir si j'ai des contractions un jour et voir si la demoiselle veut bien enfin se placer correctement.

Bien entendu, ça n'a pas marché. La demoiselle est têtue. Certainement un truc qu'elle tient du père. (mauvaise foi maternelle?)

Au bout de 12 heures d'ennui pour tout le monde, on me prépare enfin pour ce que j'espérais tant, la césarienne. Ma délivrance. Sans souffrance. Ni pour la demoiselle, ni pour moi.

La préparation signifie enfilage de jolis bas de contention ( que tu garderas encore pendant 6 semaines ils disent...) une blouse en papier très échancrée dans le dos, un joli chapeau style Amish et comme je suis prévoyante, j'ai échappé au rasage de près. Je sais qu'il n'y a plus de pudeur au bout de la Vingtième "visite de dilatation du col" mais quand même, un brin de dignité. Même avec une sonde urinaire...

En route pour les derniers instants de femme enceinte. L'Amoureux, entre stress et impatience, me fait le plus rassurant des bisous et me laisse partir toute seule en attendant derrière la porte les premiers instants de vie de la demoiselle.

Arrivée dans la salle d'opération on m'a piqué le dos, j'ai rien senti du tout. Pour l'anecdote, j'ai failli péter l'aiguille juste avec la force des ligaments de mon dos. Une force de la nature la meuf.
Je connaissais déjà l'anesthésiste et la sage-femme et j'ai eu de la chance, car c'est aussi ma gynéco qui m'a opéré. Âge moyen de la salle, 35 ans. Ça rigolait, c'était ambiance détente, presque comme un rencart potins entre potes au café du coin. Sans café et le cul à l'air.

Quand ils ont commencé, je n'ai évidemment rien senti mis à part une sensation de massage du ventre. Inutile de te préciser que j'ai adoré l'intervention de A à Z.

Ils se sont mis à trois sur mon ventre pour sortir la demoiselle de là et ça a même fini avec une ventouse. Je sais pas, elle devait être calée au niveau de la gorge, je ne voit que ça. Quand ils l'ont enfin eu au bout de seulement 4 minutes d'intervention, je l'ai entendu crier et là, j'avais l'impression de voler de légèreté.

Il était 21 heures et 43 minutes. 

Ils me l'ont montré quelques secondes, peut-être une minute, mais en césarienne , on nous attache en mode "Jésus sur sa croix de bois"et je n'ai pas pu la prendre.  Mais je t'avoue que ça ne m'a pas attristé. J'étais même plutôt fière de laisser le premier contact "à l'air libre" au Papa. Il est tellement investi depuis le début que je lui devais bien ça.

J'ai pleuré autant qu'elle en la voyant si jolie et enfin là pour de vrai.
On m'a recousu, on continuait à parler, l'anesthésiste est revenu juste pour me rassurer et me dire qu'ils avaient bien donné le bon bébé au bon papa (chacun ses angoisses OK?) et que ce dernier aussi avait pleuré.

Ils m'ont remonté avec ma nouvelle famille au bout d'une heure au lieu des deux réglementaires car c'était la nuit, je pouvais Re bouger mes jambes et que j'avais été "tellement cool qu'ils me devaient bien ça." Et j'ai enfin pu la prendre.
Toute jolie, toute propre, toute sage. Une merveille de 3 kg 333g. Notre Merveille.

Notre petite Charlie était enfin là.


Charlie. Le plus beau Bébé aux doigts fripés.



Une fois remontés en chambre 223 , une sage femme est venue me dire de me lever 8 heures seulement après mon éventration. J'ai eu l'impression d'avoir 190 ans et la douleur a été ultra violente. Mais une fois l'aller retour aux WC fait, figures toi que tu trouves que c'est pas si insurmontable. Et plus on se force à se lever et à marcher, plus vite on se remet.
Pour l'anecdote, la sage femme qui est venue me faire marcher la première fois était une fille qui était au collège avec moi. C'est là que je me suis dit qu' heureusement que je n'avais pas fait de crasse à cette fille à l'époque sinon , elle aurait pu se venger gratos.

D'ailleurs, j'ai pas fait semblant parce que quand on m'a dit que pour éviter les phlébites on allait me faire des piqûres tous les soirs pendant trois semaines dans le ventre, dans les cuisses ou dans le gras des hanches, je peux te dire que je me levais le plus possible! D'ailleurs ces piqûres là, je les souhaite à personne. Le produit ressemble à une injection de crème fraîche tellement c'est épais et il laisse un joli bleu violacé après chaque piqûre. Un régal.

Je t'épargne le porté de couches épaisseur maximale ainsi que les splendides culottes en filet pendant les semaines qui suivent l'accouchement.
Heureusement que l'Amoureux était là tout le séjour pour s'occuper de la demoiselle à la perfection et de moi aussi. Il se passe des choses tellement fortes/ stressantes/ sexy/ dégueulasses après un accouchement que t'as intérêt d'avoir un couple en béton et très ouvert avant de mettre un enfant en route. Je te préviens. Et avec la demoiselle on a de la chance, l'Amoureux est fantastique dans tous ses rôles.

Le retour à la maison s'est fait 5 jours après.
Mais ça, c'est une autre histoire....


Bref. On est arrivé à 2, nous voilà désormais à 3.



To Be Continued... et à vie en plus !


P.S:   Au fait, ne t'attends pas à perdre tout ton poids de grossesse à la sortie de la maternité. Sur 13 kg, j'en avais perdu que 5 le jour de notre sortie. L'arnaque du siècle.


13/03/2018

Bonne mine

Compte à rebours lancé. J- à peu près 15 jours.

J'ai la démarche plus sexy que jamais assortie à mes cernes d'insomniaque.

C'est d'ailleurs dans ces moments là que je vois les gens de mauvaise foi. Partout. Et grâce aux hormones en ébullition, j'ai parfois envie de les frapper. Ou de pleurer.

Saches au fait, que ces hormones là, tu les détestes autant que les gens de mauvaise foi gentils .

Je me suis surprise à avoir les larmes aux yeux parce que le dernier morceau de blanc de poulet m'est passé sous le nez ou encore parce que la salle de bains était encore trop humide de la douche de l'Amoureux quand j'ai voulu y aller... Pour te dire.

(Tu remarqueras également à travers ces deux exemples que ma vie en congé maternité est riche en rebondissements...)



#JoiesFeminines





Bref. Revenons à nos moutons. Je te disais qu'il y a des gens qui essaient d'être gentils avec toi pour te rebooster mais tu remercies le ciel de ne pas t'avoir mis une pelle entre les mains à cet instant précis. #CestPasMoiCestLesHormones

Faut savoir que la nuit, tu ne dors plus car:
                                              - t'es obèse et ton ventre te limite à deux positions de sommeil. Côté droit et côté gauche. Quand t'arrives à te retourner.
                                              -t'es obèse et tu ne peux pas te mettre sur le dos car tu ne pourras plus jamais te tourner ni respirer.
                                              - t'es obèse et ta fille décide que la nuit est le meilleur moment pour danser, sauter, malaxer ta vessie et torturer ton nombril de l'intérieur.

Du coup, le matin, j'ai la gueule de E.T combinée avec celle de mon père. Et je le sais parce que je me vois dans le miroir.

Salut toi!


Alors après 6 heures de ravalement de façade et de tartinade de Saindoux sur le ventre pour éviter l'éventration par vergetures, je me jette dans la vie courante pour m'occuper. Car Netflix n'est pas la solution à tout figures toi.

Et là, c'est la jungle. "Oh, mais c'est pour bientôt?!" *sourire* - Oui pour fin Mars maximum!
" Vous êtes radieuse, vous portez la grossesse à merveille" *sourire encore* -Merci c'est gentil...
"Vous avez un très joli ventre, et quelle bonne mine! " *Fin de sourire* Plus de réponse non plus.

Et 15 mètres plus loin, tu croises une amie qui te dit " t'as l'air crevé ma pauvre, courage!". C'est à cet instant précis que tu te dis que les trois personnes qui t'ont interpellé avant pour te cirer les pompes se sont foutues de ta gueule ouvertement. C'est pas très gentil.

Déjà, tu sais que la bonne mine, tu l'as laissé au moment où tu as fait pipi sur ton test de grossesse.
Et en plus, excuses-moi, mais " vous portez très bien la grossesse"... C'est quoi cette phrase de merde?
Tu m'as bien vu marcher, avec un ventre de la circonférence de la Terre et les jambes arquées comme un cow-boy Texan... D'où c'est joli ça ????

En plus parfois, je veux faire la belle à aller marcher dans la rue (pour faire ma "Super Maman parce que c'est bon pour votre corps et pour le bébé") et au bout de 800 mètres j'ai juste gagné l'envie de mourir et j'ai perdu ma dignité. Je souffle comme un boeuf et je boitille de droite à gauche afin de pouvoir avancer un pied devant l'autre au même rythme qu'une tortue bi-centenaire.


Bref.
Je voulais juste te dire que même si tu essaies d'être sympa, à 8 mois et demi de grossesse, nous ne sommes plus dupes.

Ce n'est pas l'avenir qui appartient aux femmes enceintes qui se lèvent tôt. Ce sont les cernes et le télé-achat. C'est tout.

Ah oui. Et les femmes enceintes qui font du sport à 8 mois et demi et qui disent que ça fait du bien, sont des menteuses. Ne l'oublie jamais.



21/02/2018

Le bout du tunnel

Dernière ligne droite qu'ils disent.  C'est parti pour 16 semaines de congé maternité et j'en suis à 8 mois de location corporelle.

"-Tu vas pouvoir en profiter pour te reposer...".

Avant son arrivée? Oui forcément, je suis trop grosse pour faire quoi que ce soit d'autre.

Avec 11 kilos de ventre, ( 103 cm de circonférence sa reum) je suis même en suspens de savoir jusqu'à quand je vais être capable d'enfiler une culotte toute seule. Je te passe le paragraphe sur les chaussures et sur les nuits à tenter de trouver une position dans laquelle ton sang circule et tes poumons respirent.

Je ne peux quasi plus conduire car quand tu fais 1m57, tu ne peux pas te permettre de reculer ton siège indéfiniment pour que le volant ne touche pas ton ventre.

Trouver l'emplacement des WC est devenu ma principale préoccupation quand je sors de chez moi.

Monter des marches est devenu l' équivalent de 45 minutes de squats. Pour mes muscles ainsi que pour mes pauvres poumons qui n'ont même plus la place de faire leur job. Sans parler de mon estomac qui fait désormais la taille d'une pistache...
(A toi qui m'a dit, "ne mange pas pour deux" ou à l'inverse " fais toi plaisir t'as une bonne excuse", je tenais juste à vous dire : " Merde". Je ne mange déjà pas tout le temps pour moi toute seule bordel)

Rester assise trop longtemps me colle des fourmis au cul/ aux jambes/ aux bras/au moral et avec le poids je serai foutue de choper des escarres.

Je chope toutes les maladies du monde et j'ai juste le droit de me soigner avec des plantes et j'ai découvert les joies des brûlures d'estomac. Oui , je sais, c'est les cheveux. Et crois-moi, elle a intérêt d'en avoir à la naissance sinon on va pas être copines direct.

Quand je marche je ressemble à Culbuto qui a pris un coup de fusil dans un western.






Attends. Y'a quand même des trucs cool.

Quand je suis de dos, on ne voit pas que je suis sur le point d'exploser côté face .

Si je me baisse trop longtemps, je peux crever d'étouffement. Du coup, fini le vidage de lave vaisselle. L'Amoureux m'a déjà interdit de porter des trucs lourds depuis le début de notre histoire et il a toujours fait le ménage etc... donc jusque là, ça ne me change pas trop d'avant. Si j'ai soif devant The Voice, il va me chercher de l'eau direct, parce qu'il en a rien à foutre de The Voice sait que le temps que je sorte du canapé, nous serons déjà la semaine prochaine.

Les gens bien élevés me laissent passer devant eux quand je vais faire les courses aussi. Y'a toujours des vieux cons qui font semblant de pas te voir mais les caissières me font passer quand même. Et ça c'est jouissif intérieurement. Chèh la vieille.

J'ai deux fois plus de temps "shopping". Pour moi et pour elle. Surtout pour elle. Moi je rentre plus que dans des bâches de toutes façons.

L'avantage pour les autres, c'est que je ne fais plus de phrase trop longue sinon je dois reprendre mon souffle 10 minutes en plein milieu de celle-ci.

Mais bon. Ma locataire est en pleine forme. Je le sais, elle me le fait savoir a peu près toute la journée et même la nuit. Au cas où j'oublie son existence. Ça régale mon entourage de voir qu'un ventre peut te mettre un coup de boule sans raison et je te parle pas du futur papa qui passe sa vie collé dessus. Sache quand même que quand le ventre fait des vagues, c'est peut être rigolo de l'extérieur mais moi, je viens de me prendre un coup de pied dans les côtes, un étirement de la rate et un coup de boule dans le coccyx. En même temps.

En fait quand t'es enceinte, c'est plus rigolo pour les autres que pour toi. Mais Dieu merci, ça ne dure " QUE " 9 mois maximum. Et puis, j'ai pu faire des belles photos de Re-sta comme dans les magasines histoire de faire croire à ma fille plus tard que d'être enceinte "c'est que du bonheur".



P.S: Note à toi seule: "On a hâte que tu sois là, de voir ta tête (chevelue) et de pouvoir te renifler le crâne jusqu'à ce que mort s'en suive. On fera du mieux qu'on peut pour être au top, c'est promis."


16/10/2017

C'est quoi cette bouteille de lait?

Si tu lis l'article précédent, je me posais une question existentielle. Sur la pression du monde à devenir parent et sur le fait de se dire que faire un enfant, c'est un désir profond propre à chacun.

Bon et bien figures toi que trois mois après cet article, devine qui vient pointer le bout de son nez en toute discrétion comme un pet sur la glace ?
Je te le donne en mille !

Fini les règles douloureuses et Bonjour les nausées.




Je ne te caches pas ma passion pour le sommeil mais d'un coup d'un seul, je me suis transformée en véritable koala. Assise 5 minutes et s'en suivait une sieste de 2 heures. Autant te dire que j'ai passé un été passionnant. Déjà que tu apprends que tu ne pourras plus boire un verre de vin durant 9 mois, je crois que le corps préfère dormir plutôt que de subir.
Un peu comme une défense immunitaire naturelle.

Alors oui, l' Amoureux et moi même sommes très contents mais moi je le suis beaucoup moins à propos de la période qui m'attend avant de pouvoir le tenir dans mes bras pour de vrai.

J'ai toujours eu un problème avec le fait que mon corps se transforme autant à l'extérieur qu'à l'intérieur alors je te laisse imaginer ce qui peut se passer dans ma tête de stressée pendant toute cette période durant laquelle je ne maîtrise rien.
Bien sûr cela ne fait pas encore assez de temps pour avoir tout "découvert" mais pour l'instant, je ne peux pas te dire que la grossesse "est un truc génial à vivre". On verra bien avec le temps tu me diras.

Ça fait à peine 4 mois et j'ai déjà hâte qu'il ( ou elle) soit là, qu'il (ou elle) sorte de là. Et je ne pense même pas à la façon dont il devra en sortir d'ailleurs. Sinon je pars en crise d'angoisse tout de suite.
En plus, je crois que tous les trucs relous me sont spécialement réservés. Y'a interet qu'il sorte en bonne santé et de toute beauté. Sinon, je l'appelerai Clitorine. Même si c'est un mec. Y'a pas de raisons que ce soit toujours les mêmes qui galèrent.

Nausées, jambes en marbre, fièvre, migraines, vessie de la taille d'un M&M's, odorat surdéveloppé, le pelage d'un ours qui recouvre ma peau, sciatique, peau d'adolescente, et je ne te parle pas de l'état catastrophique de mon système digestif. Mais je ne désespère pas d'avoir un jour les beaux cheveux, les beaux ongles et la belle peau dont tout le monde me parle.

D'ailleurs, tout le monde me parle et pourtant, je te jure
que je ne demande jamais rien.

Entendre les grossesses/avis/conseils des gens que tu ne connais pas plus qu'un "bonjour" échangé par politesse est aussi insupportable qu'une épilation nasale.
J'essaie déjà de vivre cette étape de ma vie de femme comme je peux (et comme je veux aussi), c'est pas pour qu'on me dise comment je devrais me sentir ou pas pour être une "bonne maman en devenir".
Si toi tu as adoré être enceinte, tant mieux tu as vraiment de la chance mais ce commentaire (que je ne t'ai jamais demandé) me fais juste culpabiliser. Surtout si tu n'es pas apte à entendre que d'autres personnes comme moi peuvent ne pas ressentir la même chose. Je ne sais pas m'attacher à quelque chose que je ne vois pas, que je ne connais pas et je pense que ça ne fait pas de moi quelqu'un de mauvais car je suis sûre que je l'aimerai d'amour quand je l'aurai dans les bras.

Et crois moi, qu'en ce moment, je me débrouille très bien toute seule.


Les seules personnes qui ont le droit de me parler de leur vécu et de comment ils me voient sont mes proches. En fait, ce sont ceux à qui j'en parle, qui ne me jugent pas, qui dédramatisent par la rigolade sans retenue et à qui je répond sans arrondir les angles.

Bien sûr, il y a quand même des trucs trop bien comme par exemple, j'ai le droit de tout bouffer ( Fuck la Toxo ), je rentre encore dans du 36 (avec quand même le truc qui te monte jusqu'en haut du ventre car tu ne peux plus fermer les boutons), pas de menstruations pendant 9 mois, voir semaine par semaine ce qui a changé sur le bébé et le bichonnage des proches.

D'ailleurs, j'ai l'Amoureux le meilleur du monde parce qu'il me connait par coeur.

Il sait que c'est pas un moment facile pour moi et il arrive à être enthousiaste pour nous deux sans me faire sentir mauvaise femme. Quand je lui dit que l'idée d'avoir les organes qui s'entrechoquent dans un espace réduit me débecte, il rigole et me dit qu'en effet, j'ai le droit de ressentir ça car c'est un peu dégueu mais c'est pour la bonne cause et ça va pas durer.

Il a arrêté l'alcool en même temps que moi parce qu'il n'y a pas de raisons qu'il n'y ait que moi qui fasse des sacrifices pour quelque chose qu'on a fait à deux.

Il me fait tout ce que je veux à manger même si c'est la troisième fois de la semaine que je veux du couscous.

Et même si je lui râle dessus parce qu'il ne veut pas que je porte du poids ( par exemple ), il me fait un bisou en me disant que même quand je râle il m'aime et je le fais rigoler.
Pour te dire, il a même compris direct que même si j'ai pris plus de poitrine que de ventre, c'est très douloureux et on ne touche qu'avec les yeux.

Heureusement qu'il est là aussi pour compter les doigts du bébé sur les échographies sur lesquelles je vois à peine où se trouve sa tête.

Je savais de toutes façons que si j'avais un jour un bébé, ça serait avec lui. Et je ne me suis pas trompée là dessus.



Bref. J'ai fêté mes trentes années avec quand même un verre de martini,je fêterai les trentes ans de l'Amoureux avec un verre de vin et notre dernier Noël à deux avec une coupe de champ', faut pas déconner non plus, on n'est pas chez les Amish .

P.S: Si tu n'as pas encore compris, oui je suis enceinte, et non, tu ne peux pas toucher mon ventre sans mon autorisation. De toutes façons il n'est pour l'instant pas plus développé qu'une soirée raclette mal digérée. Merci d'avance.



14/03/2017

"Et toi c'est pour quand?"

LA phrase qui anime chaque sortie entre amis, chaque réunion au boulot, chaque repas de famille, chaque insomnie etc...

Tu as ta trentaine qui pointe le bout de son nez, et la question existentielle avec. Tu as un job qui t' intéresses, l'Amoureux parfait ( sois pas deg ), un toit (pas à toi) et pas d'enfant à toi ? Alors entre les " 30 ans c'est l'âge " des gens, les copines pondeuses ou enceintes, le " j'ai hâte d'être grand mère" ou le " avec le nôtre ça se passera pas comme ça", je me demande si c'est un truc qui se sent au fond de  toi ou si tu es sûre une fois que tu l'as dans le ventre.

Un enfant. On est sûre qu'on veut devenir mère avant même d'en parler ou c'est une fois qu'on est face au mur?
En vouloir un pour tout te dire, oui. J'en veux un. Avec Lui.



J'adore me surprendre à penser à la déco de sa chambre, à ses prénoms, à sa garde robe, à l'âge où il aura le droit de manger un bonbon et boire un sirop, à polémiquer sur son caractère, s'il croira au père Noël, comment je l'annoncerai à l'Amoureux/mes parents/au Monde ou simplement s'il sera beau ou si on devra le vendre à Angelina Jolie.
J'adore traîner dans le rayon petite fille de chez H&M ou dans le rayon chaussures petit gars, j'adore voir qu'on a les mêmes goûts sur toutes ces choses là avec l' Amoureux et du coup, ça me fait moins peur.

Sauf que.

Celui que j'ai à mi temps me rappelle que ça demande de l' énergie, de la patience et ça même les jours où tu as envie de te mater tous les Game Of Thrones sous le plaid du canapé en culotte. Et manger toutes les merdes que tu lui refuses en règle générale.

Alors tu vas me dire " c'est pas le tien", " il est pas élevé comme tu le ferais toi" et encore un petit "c'est pas le tien". Argument béton c'est vrai.

Mais quand même.

Je ne suis pas prête à laisser les olives noires de ma pizza à mon gosse. Je ne suis pas prête à avoir "Joe le Pirate" qui trône fièrement avec ses potes le long de ma baignoire, je ne suis prête à raconter une histoire TOUS les soirs, je ne suis pas prête à acheter du Nutella juste pour qu'il soit comme les autres enfants, je ne suis pas prête à m'asseoir correctement sur le canapé juste pour qu'il puisse s'y affaler, je ne suis pas prête à changer de chaîne en plein milieu des Marseillais s'il vient dans le salon parce que je me refuse qu'il regarde ces conneries, je ne suis pas prête à répondre autre chose que "dans ton cul" à la question "où est...", je ne suis pas prête à l'aider à faire ses devoirs de maths même niveau CE2, je ne suis pas prête à partager mon temps d'amoureux H24, je ne suis pas prête à devoir fermer les portes à clefs pour pouvoir pisser tranquille, je ne suis pas prête à sortir avec un sac bandoulière rempli de couches/biberon/lingettes à la place de mon Michael Kors, je ne suis pas prête à me faire faire des prises de sang/ fouilles rectales ou autres intrusions pendant 9 mois, je ne suis pas prête à payer un paquet de couches le même prix qu'une bonne bouteille de rouge, je ne suis pas prête à avoir le réseau du métro londonien sur mes seins, je ne suis pas prête à me lever à 07:00 " parce qu'il fait jour" les samedis/dimanches et jours fériés, je ne suis pas prête à devenir comme toutes celles qui me désolent, celles qui se perdent pour parler que de l'Enfant,  je ne suis pas prête pour lui faire croire qu' "un bol de Chocapic est un vrai repas équilibré mais juste ce soir" parce que j'aurais pas eu envie de faire les courses et je ne suis pas prête à laisser la dernière glace au chocolat à quelqu'un d'autre qu'à moi.

Donc tu vois, même quand je fais des listings, je ne sais pas me décider. Il paraît que c'est le caractère des Balance et que je suis comme ça depuis toute petite. Je ne sais jamais si le verre est à moitié vide ou à moitié plein car je vais le finir pour le re remplir et ne plus avoir à me poser la question. Je ne vois que tout blanc ou tout noir parce que je trouve que le gris, c'est moche.

Bref.

Donc à la question " Et toi, c'est pour quand?", je te répondrais qu'on verra bien parce que j'en sais rien.

Mais Merci.
En attendant je te laisse, l'Amoureux a préparé à manger. Je t'avais dit qu'il était parfait ( sois pas deg bis)





20/02/2017

"Grow Up is A trap" *

On y est. C'est la reprise.
Je t'entends d'ici : " Oui, tu as tes vacances scolaires toi, de quoi tu te plains?"
Et si tu écoutes bien, tu m'entendras te répondre : " je travaille 40 heures par semaine avec ton enfant et plus de 150 autres pour pouvoir être payée durant ces "vacances scolaires" alors tais-toi fort".




Pas que je m'en plaigne bien au contraire parce que figures toi que j'adore mon job. Et je m'investis vraiment quand ça me passionne. Mais j'avoue, on prend goût plutôt rapidement à ce train de vie.

Du coup, demain c'est reparti pour 6 semaines. Une nouvelle période. L'avant dernière avant les vacances d'été. Et j'ai encore  changé de couleur de cheveux.
Après le rose qui a fait fureur en Novembre et le gris qui me "faisait trop vieille alors que j'ai que 25 ans"en Janvier, je vais voir ce que donne le framboise avec mes presque 30 ans .
Parce qu'on le sait, si c'est moche, l'enfant te le dira sans ménagement.

Les adultes eux, essayent de trouver des stratagèmes pour te faire passer un message plus ou moins subliminal pour certains.
Genre : "J'adore quand tu fais ton chignon ça te va trop bien les cheveux tirés". Alors qu'entre nous, on sait TOUTES que cheveux attachés = cheveux gras.

Alors j'en suis venue à cette conclusion: Je suis une enfant déguisée en adulte.
En gros, je connais les codes/règles/valeurs de la vie, je les transmet du mieux que je peux en essayant d'enlever le côté chiant.
C'est d'ailleurs mon credo au quotidien: " c'est chiant? j'ai pas envie de le faire? Je ne le fais pas. On verra si j'ai envie demain."

Ça joue des tours parfois mais j'ai le bonheur d'avoir trouvé un amoureux que ça ne gène pas. Mieux. Que ça fait rire. " J'ai fait tourner la machine/lave vaisselle. Mais j'ai pas envie de le vider. C'est chiant. Je ne le fais pas. On verra si j'ai envie demain. Du coup, ce soir c'est reste de coquillettes d'hier à même le tupperware avec une cuillère pour deux ,OK?"
Et le lendemain, j'oublie parce que j'ai dû faire ma déclaration d'impôts 2013 et comme j'ai pas l'habitude et que c'est chiant, ça prend la journée. Ou alors je dois absolument regarder "Les Princes de l'amour".J'ai le sens des priorités.

J'ai également appris la diplomatie. Mais j'ai souvent des rechutes.
 " Ce n'est pas mon style, mais tu portes bien cette robe, elle cache tout ce qu'il faut". C'est juste une fois que je m'entend le dire que je me dis " Merde, tu aurais plutôt dû demander où elle avait acheté sa culotte gainante".


Autre exemple, en formation, au bout de 2 minutes de vidéos/power point trop sérieux dont le son est inaudible par mes oreilles pleines d' acouphènes, je sors mon stylo à trèfles irlandais à paillettes pour dessiner des Zizis sur la feuille de mon voisin, adulte bien concentré au bic 4 couleurs classique. Et, à la fin de la journée, quand on me demande ce que j'ai aimé/pas aimé, je répond qu' " il ne faut plus jamais mettre cette vidéo pendant tant de temps car ça donne envie de mettre des stylos dans les oreilles de sa voisine".

Si j'ai chaud en pleine nuit, j'ose sortir ma jambe sur la couette sans avoir peur qu'une quelconque forme de "vie" m'attrape le pied d'un coup d'un seul pour m'entraîner dans les profondeurs abyssales. Y'a mon doudou qui me protège de toutes façons.

Je sais refuser un Air Waves avec classe mais je me sens obligée de rajouter " sinon ça me fait baver".

A l'heure fatidique du goûter, j'arrive sans trop de difficulté à me poser une question existentielle :
" Ce deuxième paquet de Mikado est-il vraiment nécessaire ? Le premier n'est-il pas suffisant à combler ta faim ?"  Et je le repose soigneusement devant mes biscottes complètes pour le goûter du dix heures. Ça marche aussi avec les bouteilles de vin.




Je sais m'habiller de façon classique mais j'aurais pris soin de mettre ma culotte " Petite Sirène" et mes chaussettes "du chat de Cheshire" de Alice au pays des merveilles.

Je suis super méticuleuse sur ce que je mange ( je te parlerai du 0 sur la boîte à oeufs plus tard) ou ce que j'achète mais je peux vriller d'un coup et m'enfiler un Big Mac sans aucun remord et souffler dans la paille pour que le papier se plante dans les cheveux de la personne qui me fait face.

L'état gastrique ou le dernier mot mal prononcé des enfants des autres me font chier au plus haut point.( "Pauvre babychou de maman, il a eu mal au bidou toute la nuit" ou encore "regarde la vidéo de Matthéo, à 3 minutes 45 il va dire "Pampoin" au lieu de champoing" #AaaaaaaahAuSecours)
En revanche, faire une baston de petits pois à la cantine avec des CM2 m'intéresse déjà beaucoup plus.

Je suis capable de montrer une photo de mon chat qui lèche un pot de yaourt à quelqu'un qui me parle de son enfant qui a fait ses premiers pas.


Avoues quand même qu'il est rigolo!



Mon jeu préféré est le "Cap ou pas Cap". Et malheureusement je suis trop souvent Cap.

Quand je vais faire les courses, je ne regarde plus ma boîte d'oeufs d'un air envieux. Qui pourtant trône fièrement sur le petit siège rouge prévu pour s'asseoir dans ce carrosse génial qu'est le caddy.
( madeleine de Proust. Instant traumatisant qu'est le jour où on te dit sans pincettes, à seulement 25 ans, " Mélie tu es grande tu peux marcher à côté maintenant")

Je ne supporte pas les poils mais je ne m'épile toujours pas les cuisses car le duvet blond  " ça se voit pas laisse-moi tranquille".


Je sais me tenir quand je suis invitée à manger à l'extérieur de chez moi. Je me sers de mes couverts, je ne pique pas dans les plats en préparation et mes pieds restent sous la table et pas sous mes fesses. Bon faut pas que ça dure non plus comme les impôts parce que forcément à un moment donné je vais avoir l'envie incontrôlable de roter et ça je n'arrive pas encore à le gérer comme il se devrait.




Bref. En gros, travailler avec des enfants est vraiment LE job qu'il me fallait. Je ne sais pas faire grand chose d'autre de toutes façons.


* "Grandir est un piège" ( c'est de l'anglais)

29/12/2016

2016 je t'ai survécu.

Des fois des pages se tournent. Des livres se ferment. Et on les brûle après s'en être torché le cul.

Avec l'insouciance de son jeune âge, on se dit qu'il faut rentrer dans certaines cases et remplir certains codes. Pour être bien vu ou pour plaire à des gens qui sont comme nous au fond, frustrés.

Attention, 3615 je te raconte ma vie. Ça faisait longtemps. Faut remettre le feuilleton à jour. Tu en meurs d'envie.

Je m'étais créé un cercle de vie qui ne me ressemblait pas vraiment, pas tout le temps. Tu sais, celui où tu fais tout pour être bien vu mais où tes propres envies ne sont pas entendues.

Bref. Il en vient un moment où tu te dis que ta vie va ressembler à ça et tu flippes ta race. Du coup, merci au revoir.

Bon c'était pas si simple parce qu'au début, tu te dis que si tu perds tout ça, tu vas repartir à zéro, perdre tes "repères" et avoues le, l'inconnu et la solitude ça colle les miquettes.

Et petit à petit, tu te rends compte que tu ne manques pas à ce cercle là et que finalement, c'est un mal pour un bien parce que , Ô surprise, tu as le droit d'être toi même.





Et grâce à ça, tu ne fais plus les choses pour les autres mais pour toi. Et entièrement pour toi en te foutant royal de ce que le monde peut en penser. Tu te rends compte que sur 50 personnes que tu côtoyais et te faisais des courbettes, il n'en reste que deux ou trois qui n'ont pas changé leur regard sur toi. Et mieux encore, il y a des gens qui entrent dans ta vie d'eux même parce qu'ils t'aiment à toi et pas par intérêt ou parce qu'ils sont "obligés" pour faire bien.

La vie, simple, la vraie t'ouvre enfin les bras.

Ton cercle d'amis se renouvelle de E à Z ( oui car il y en a qui sont toujours là malgré les années qui passent), tu fais ce que tu veux avec qui tu veux quand tu veux et bordel, ça c'est bon.

Je vais même te dire mieux, j'ai tellement apprécié foutre à la trappe tout ce qui me nuisait, que j'ai continué avec mon job, mon appart, et mes "principes".

Je suis partie vivre à Leucate, un retour aux sources que j'enviais depuis quasi 10 ans. Fini le torchage de cul de vieux à des heures bâtardes, je fais le boulot de mes rêves à temps plein pour lequel je suis heureuse de me lever et qui me passionne. Mes amis, je les compte désormais sur les doigts de la main mais je sais que ceux là ne sont pas dans ma vie pour rien et ne me lâcherons pas au moindre brouillard épais.
Un homme est entré dans ma vie et a rendu réel ce que je pensais possible seulement dans les films, un couple qui est une équipe et qui ne t'empêche pas d'être toi même. Tu vois le genre?
Favoriser l'entretien du "JE" pour avoir un meilleur "NOUS" et tu sais quoi? C'est l'équilibre qu'il me fallait. Il est mon meilleur ami et mon amoureux à la fois.
Alors oui, il a bousculé un peu la vision de petite fille que j'avais de ma vie amoureuse " quand je serai grande" mais je sais qu'avec lui tout est possible, même si je suis devenue "belle maman" avant d'être "maman". Mais ça me permet de me faire la main et de me persuader un peu plus que Lui et moi, on partage vraiment les mêmes points de vue. Une vraie équipe quoi. Bonnie & Clyde.


Je te présente l'Enfant.  Alias ma Glue.


Depuis que je suis épanouie dans tous les domaines, j'ai plus peur de rien. Je fais face à toutes les situations sans m' empêcher de dormir et figures toi que des mauvaises situations, il n'y en a plus vraiment.
La merde me glisse dessus sans atteindre mon âme ni mon cœur. En quelques sortes, si ça ne m'intéresse pas et que je sens que ça va perturber mon bien être, je m'en tape le cul sur la commode.

En gros, une année se termine, un livre se ferme ( et se range bien bien au fond du placard) et une nouvelle manière d'entreprendre la vie arrive à grands pas avec 2017.

J'ai jamais été aussi bien dans mon corps et dans ma tronche.
Voilà tout ce que je peux te souhaiter pour cette fin d'année. Envoie chier ce qui te fais de l'ombre et occupes toi de toi. Le monde et ton vrai entourage t'en remercieront.

2017 je t'attends et fais pas la belle parce que j'ai quand même gardé ma pelle.